Archives de catégorie : News

Première greffe du foie d’une mère séropositive à son enfant

SIDA : Première greffe du foie d’une mère séropositive à son enfant séronégatif

À Johannesburg, en Afrique du Sud, un enfant gravement malade a subi une transplantation du foie de sa mère séropositive. Le jeune patient n’a pas été contaminé par le virus du Sida et se porte bien.

Un article paru dans la revue AIDS nous apprend qu’à l’automne dernier, un enfant séronégatif malade du foie a subi une greffe d’un genre particulier. Sa mère, porteuse du virus du VIH, lui a fait ce don. Elle était sous trithérapie et avait donc une charge virale indétectable. Pour sauver la vie de l’enfant, l’équipe médicale n’a eu d’autre choix que de lui greffer une partie du foie de sa mère.

Mais le risque n’était pas nul. En effet, même sans charge virale détectable, une personne séropositive peut transmettre le virus lors d’une greffe d’organe, au cours de laquelle des cellules réservoirs du virus peuvent être transmises au receveur. Mais, même si l’opération présentait ce risque, il faut savoir que sans greffe, l’enfant serait certainement décédé.

L’équipe médicale s’est toutefois attendue au pire. “Dans les semaines qui ont suivi la greffe, nous pensions que l’enfant était séropositif”, reconnaît le chirurgien Jean Botha. Un traitement rétroviral a été prescrit à l’enfant avant la greffe et a semble-t-il fonctionné : à ce jour, il ne présente aucun signe d’infection. Il suit toujours un traitement anti-VIH de manière préventive. Le risque est que le virus se manifeste dans l’organisme d’ici quelques mois ou années.

Cette “première mondiale” offre selon l’équipe médicale de l’Université du Witwatersrand, à Johannesburg, de nouvelles perspectives pour les malades qui sont dans l’attente désespérée d’un organe. “Elle présente un nouveau vivier de donneurs vivants qui pourraient permettre de sauver des vies”, affirment les chercheurs.

 

 

 

L’os de seiche pour la réparation osseuse et la cicatrisation

L’os de seiche pour la réparation osseuse et la cicatrisation

Des scientifiques lituaniens documentent plusieurs applications de l’os de seiche, des implants osseux, des suppositoires pour le traitement des hémorroïdes et des gels cicatrisants.
l’équipe va jusqu’à développer des dispositifs précis, utilisables ou prometteurs en biomédecine et en génie pharmaceutique : pour la chirurgie buccale par exemple, des échafaudages à base de cellulose avec os de seiche et des capsules d’alginate de calcium pour des défauts osseux de petite taille. Ces dispositifs sont biocompatibles et biodégradables, c’est-à-dire qu’ils disparaissent naturellement et s’intègrent dans l’organisme humain pendant le processus de guérison.

Continuer la lecture

Urologie

5 antibiotiques favorisent la lithiase urinaire

Lithiase urinaire

Bien que les perturbations de la flore intestinale et urinaire soient associées à la lithiase urinaire, on ne savait pas si les antibiotiques étaient un facteur de risque pour cette affection.

Une étude menée par Dr. Gregory Edward Tasian et son équipe du Children’s Hospital of Philadelphia qu’il vient de publier dans le Journal of the American Society of Nephrology démontre que le recours à certains types d’antibiotiques favorise la lithiase urinaire, une maladie qui se caractérise, notamment, par la formation de calculs rénaux.

Continuer la lecture

5 messages pour améliorer votre pratique en Chirurgie pédiatrique

5 recommandations de la HAS (Haute autorité de santé) pour la chirurgie pédiatrique

Recommandations de la HAS (Haute autorité de santé) – Février 2018

5 messages pour améliorer votre pratique

HERNIE OMBILICALE / INGUINALE

Ne pas prescrire d’échographie en 1re intention pour les hernies ombilicales et inguinales chez l’enfant
Les hernies ombilicales et inguinales font parties des pathologies les plus fréquentes pour lesquelles les patients sont adressés pour avis chirurgical. L’histoire de la maladie et l’examen clinique sont habituellement suffisants pour faire le diagnostic. L’utilisation d’un examen échographique dans ces conditions n’est pas utile et n’aidera pas le chirurgien d’enfants à poser le diagnostic

Continuer la lecture

Une colle chirurgicale inspirée de la bave de limace

Limace

Une équipe de Harvard a mis au point une colle chirurgicale ultra-résistante en reproduisant les propriétés de la bave sécrétée par la limace.

La bave de la limace lui sert de moyen de défense quand elle est attaquée », dit Jianyu Li, l’auteur principal de l’étude publiée jeudi dans la revue Science.

Cette nouvelle colle chirurgicale pourrait pallier les inconvénients des colles qui existent déjà : manque de solidité ou de souplesse, inefficacité en milieu humide…

Dans la revue Science, des chercheurs de l’université de Harvard (États-Unis) expliquent qu’ils ont étudié le mucus de limaces communes en Europe (Arion subfuscus) pour créer une glu compatible avec les cellules et efficace sur des tissus en mouvement ou humides. La bave de limace contient une substance dure avec des protéines chargées positivement. Les chercheurs ont développé une variante de cette glu naturelle en utilisant des polymères chargés positivement dans un gel à base d’eau (hydrogel). Les polymères forment des liens avec l’hydrogel et la surface des tissus biologiques pour les coller.

Les chercheurs ont testé la colle sur un coeur de porc baigné de sang et elle a parfaitement fonctionné. Elle a aussi été essayée sur divers organes de rats ainsi que sur la peau, le cartilage, les artères et le foie de porcs. Sur le rat, une rustine a bien fonctionné tout au long d’un test de deux semaines. « Nous devons maintenant viser des essais cliniques sur les humains », dit M. Li.

David Mooney, un des auteurs de l’étude, a affirmé dans The Guardian : « Cela démontre que les propriétés du mucus des limaces peuvent inspirer la conception de nouveaux adhésifs, et ces adhésifs ont des propriétés grandement supérieures à celles des adhésifs médicaux actuellement disponibles ».

 

Les os grandissent d’abord puis se solidifient ensuite.

Les enfants commencent par grandir, et c'est seulement plus tard que leurs os se renforcent grâce aux minéraux. Bien manger, bien dormir et faire du sport devient très important à l'adolescence.

 

Les enfants commencent par grandir, et c’est seulement plus tard que leurs os se renforcent grâce aux minéraux. Bien manger, bien dormir et faire du sport devient très important à l’adolescence.

Grandir ne veut pas dire devenir plus solide. Une étude américaine parue dans la revue JAMA Pediatrics a montré qu’il existait un décalage entre la croissance et le renforcement des os. Pour cela, les chercheurs ont suivi pendant sept ans des enfants et adolescents âgés de 5 à 20 ans au début de l’étude. Ils ont montré que le squelette grandit avant de se minéraliser complètement en absorbant calcium et phosphore qui lui confèrent force et dureté.

Selon l’étude, à 7 ans, les enfants ont acquis entre 70 et 75 % de leur taille maximale, mais seulement entre 30 et 38 % du maximum de leur teneur minérale osseuse. « Nous pensons que ce décalage pourrait augmenter le risque de fractures chez les enfants, confie Shana McCormack, qui a participé à l’étude. Cependant nous ne cherchions pas à étudier ce risque, qui ne dépend pas seulement de la force des os, mais de beaucoup d’autres facteurs : l’activité sportive, par exemple. »

Chez les adolescents, tout se joue autour du pic de croissance : environ 11 ans pour les filles et 13 ans chez les garçons. Leurs os acquièrent plus du tiers de leur teneur minérale maximale dans les 4 ans autour de cet âge.

Mais les os continuent de se renforcer même après le pic de croissance, lorsque l’adolescent a atteint sa taille adulte. Ils gagnent encore entre 7 et 11 % de leur teneur minérale maximale. «Nous avons pu quantifier ce phénomène déjà connu avec des données récentes», relève Shana McCormack. Selon la chercheuse, la fin de l’adolescence est donc une période propice pour s’assurer des os solides à l’âge adulte, en adoptant une alimentation et un mode de vie actif et sain.

 

Première greffe des deux mains chez un enfant

Zion Harvey

Selon la revue médicale The Lancet, Zion Harvey est le premier enfant greffé des mains avec succès. 18 mois après l’intervention, cet enfant peut manger, écrire et s’habiller seul.
L’intervention effectuée par une équipe américaine a duré dix heures. Le temps nécessaire pour raccorder artères, veines, nerfs, tendons, muscles et os.

Continuer la lecture

La tétine après 3 ans : À éviter

La tétine après 3 ans

 

Beaucoup de parents se sentent désemparés face à ce comportement. Inutile de s’alarmer, rassurent deux experts de la Fédération française d’orthodontie*.

Si la succion est un besoin naturel du nourrisson qui absorbe le liquide amniotique dès la 12e semaine in utero et développe les mouvements de succion qui sont indispensables à sa survie après la naissance, qu’en est-il du jeune enfant?

Continuer la lecture

Des chercheurs mesurent la douleur ressentie par les bébés grâce à leur activité cérébrale

EEG - électroencéphalographie - nourrisson

S’il y a bien quelque chose de difficile pour un jeune parent, c’est de comprendre pourquoi bébé pleure. Faim, froid, couche pleine, ou vraie douleur? Même pour les médecins, il est difficile de savoir si un nourrisson souffre, car celui-ci ne parle pas et les signaux qu’il exprime ne sont pas si clairs que ça.

Continuer la lecture

Les tablettes numériques, efficaces contre l’anxiété des enfants

Enfant malade avec une tablette

Lorsqu’un enfant doit être opéré, il est fréquent – et compréhensible – qu’il développe de l’anxiété. Pour réduire ce phénomène, l’équipe d’anesthésie de l’Hôpital Femme Mère Enfant des Hospices Civils de Lyon a testé l’utilisation de tablettes numériques. En comparant ses effets avec ceux d’un médicament sédatif. Le résultat est largement en faveur de la tablette.

Continuer la lecture