Archives par mot-clé : Canal péritonéo-vaginal

Hydrocèle et Kyste du cordon

Comme c’est le cas pour la hernie inguinale du garçon, le kyste du cordon et l’hydrocèle de l’enfant sont dus à la persistance du canal péritonéo-vaginal. Mais contrairement à la hernie, ces deux pathologies restent bénignes.

Qu’est-ce que le canal péritonéo-vaginal ?

Le canal péritonéo-vaginal existe avant la naissance fait communiquer la cavité abdominale avec la vaginale du testicule.

Anatomie du canal peritoneo-vaginal - 2e trimestre de la grossesse

Après la naissance, ce canal doit se fermer. mais, dans certains cas, sa persistance peut donner lieu à un passage du liquide péritonéal (abdominal) qui peut se manifester sous forme d’hydrocèle ou de kyste du cordon.

Hydrocèle communiquante     Kyste du cordon

Dans l’hydrocèle communicante par persistance d’un canal péritonéo-vaginal fin et total, le liquide péritonéal s’accumule au niveau de la vaginale testiculaire.

Dans le kyste du cordon communicant par persistance d’un canal péritonéo-vaginal fin et partiel, le liquide péritonéal distend la partie terminale du canal, sur le trajet du cordon.

Plus rarement, le kyste cordon peut ne plus être communiquant.

Comment reconnaitre un kyste du cordon ou une hydrocèle ?

Le kyste du cordon et l’hydrocèle peuvent se voir à tout âge y-compris chez le nouveau-né.

 L’hydrocèle se manifeste comme une grosse bourse bleutée, indolore et parfois sous tension. La bourse est transilluminable (la lumière passe à travers). Son volume est variable avec le temps, parfois rythmé sur les épisodes viraux ou infectieux de la sphère ORL. En cas d’hydrocèle communicante, cette tuméfaction peut être vidée manuellement.

Le kyste du cordon se manifeste comme une petite boule sur le trajet du cordon. Son volume est variable et peut aussi être sous tension comme c’est le cas pour l’hydrocèle.

Hydrocèle  Hydrocèle volumineuse Transillumination de l'hydrocèle

 

Quel est le risque de l’hydrocèle et du kyste du cordon ?

l’hydrocèle et le kyste du cordon qui sont des anomalies bénignes dont l’évolution est variable, jamais compliquée et qui ne justifient en aucun cas une attitude aussi interventionniste que pour la hernie.

Mais tout n’est pas aussi simple. Devant toute hydrocèle ou kyste du cordon votre médecin doit penser à une hernie associée. Une hydrocèle volumineuse sous tension est difficile à différencier d’une hernie inguino-scrotale engouée. De la même façon, il est difficile de différencier une hernie inguinale engouée d’un kyste du cordon sous tension.

Est-ce qu’il y a une chance pour que l’hydrocèle ou le kyste du cordon guérissent spontanément ?

Contrairement aux hernies inguinales, l’hydrocèle et le kyste du cordon peuvent guérir spontanément et ne se compliquent pas. Leur traitement chirurgical n’est donc proposé, en général, qu’au delà de 18 mois, quelque soit le volume.

Comment va se dérouler l’intervention ?

La ponction est à proscrire car elle risque de blesser le testicule ou le pédicule spermatique et ne représente pas, de toute façon, le traitement définitif.

On opère les enfants après l’âge de 18 mois. L’enfant doit être à jeun.

L’intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale complétée par une légère anesthésie générale.

On fera une incision horizontale dans le pli abdominal inférieur.

Décompression de l’hydrocèle ou du kyste par une large incision associée parfois à la résection prudente et partielle de la vaginale.

Le canal péritonéo-vaginal sera fermé par une ligature.

Après l’intervention

L’enfant va recevoir un traitement contre la douleur.

Dans le cadre de la chirurgie ambulatoire, l’enfant va quitter l’hôpital dans la soirée après une période d’observation. Parfois une hospitalisation jusqu’au lendemain sera nécessaire.

Risques et complications

Ces risques sont exceptionnels.

  • Les risques liés à l’anesthésie et aux médicaments (allergiques et toxiques): ces risques sont imprévisibles mais exceptionnels.
  • Les risques liés à l’acte chirurgical:
    • Pendant l’intervention: risque de sectionner un élément allant vers le testicule (vaisseau ou déférent) ceci entrainera des défauts de fonctionnement et/ou du développement du testicule.
    • Après l’intervention:
      • Inflammation et hydrocèle (liquide autour du testicule),
      • Saignement pouvant nécessiter la réintervention,
      • L’infection de la plaie opératoire,
      • Le testicule peut devenir petit.

       

    À la sortie de l’hôpital

    Votre enfant recevra un traitement contre la douleur.

    Vous devrez surveiller: la fièvre, le saignement, la douleur ou la réapparition de la hernie. En cas de problème contactez votre médecin.

    Une consultation post-opératoire sera programmée avec votre médecin.

    Votre enfant va reprendre rapidement son activité et la cicatrice sera peu visible en quelques mois.

     

    Dr Mohammed Reda Amani, service de chirurgie pédiatrique, EHS LES PINS, Oran

    ——————————

Cet article est publié sous Licence  Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-SA 4.0)

 

Hernie inguinale chez le garçon

Chez le garçon, la hernie inguinale est due à la persistance du canal péritonéo-vaginal (Ce n’est pas une faiblesse de la paroi abdominale qui en est la cause comme c’est le cas chez l’adulte)

Qu’est-ce que le canal péritonéo-vaginal ?

C’est un canal qui existe avant la naissance faisant communiquer la cavité abdominale (péritonéale) avec l’une des enveloppes du testicule (la vaginale).

Anatomie du canal peritoneo-vaginal - 2e trimestre de la grossesse

Normalement, ce canal est fermé à la naissance. Il arrive cependant que ce canal reste ouvert permettant aux anses intestinales de s’y engager: c’est la hernie inguinale.

Anatomie du canal peritoneo-vaginal - un mois de vie      Anatomie du canal peritoneo-vaginal - hernie inguinale

 

Comment reconnaitre une hernie inguinale ?

La hernie inguinale peut se voir à tout âge y-compris chez le nouveau-né.

La hernie inguinale se manifeste comme une “grosseur” qui apparait par intermittence au niveau de l’aine (au-dessus du testicule). Cette grosseur “sort” quand la pression intra-abdominale augmente, c’est à dire au moment des pleurs, des efforts de toux, ou lorsque l’enfant pousse. Elle correspond au passage des anses dans le canal péritonéo-vaginal. La hernie disparait au repos et en position allongée. La hernie peut être réduite (“rentrée”) en exerçant une pression douce sur elle.

Il y a aussi la hernie inguino-scrotale dans laquelle la grosseur s’étend jusqu’au testicule.

Quel est le risque de la hernie inguinale ?

Le principal risque de la hernie inguinale est l’étranglement herniaire.

L’étranglement herniaire se manifeste par une hernie extériorisée qui ne “rentre” pas au repos.

L’étranglement est dû à une anse qui reste bloquée dans le canal. Cette anse bloquée va entrainer deux choses:

  • Une occlusion intestinale
  • Une compression des vaisseaux sanguins qui irriguent (nourrissent) le testicule.

Ces deux phénomènes peuvent entrainer la nécrose de l’intestin et du testicule.

Une consultation médicale s’impose en urgence. Le médecin pourra essayer de réduire (réintégrer) l’anse bloquée mais ce n’est pas toujours possible. En cas d’échec de la réduction, c’est l’intervention chirurgicale qui s’impose car le pronostic vital est mis en jeu.

Pourquoi opérer une hernie inguinale chez votre enfant ?

Comme on l’a dit précédemment, une hernie inguinale peut s’étrangler mettant en jeu le pronostic fonctionnel et vital. C’est pour cela qu’une hernie inguinale doit être opérée peu de temps après qu’on ait posé son diagnostic.

Est-ce qu’il y a une chance pour que la hernie inguinale guérisse spontanément ?

Il existe une faible possibilité pour qu’une hernie inguinale guérisse spontanément durant les premiers mois de la vie. Malheureusement dans l’immense majorité des cas, la réponse sera non, la hernie inguinale ne guérit pas spontanément. Elle doit être opérée.

Comment va se dérouler l’intervention ?

On opère les enfants après l’âge de 6 mois. L’enfant doit être à jeun.

L’intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale complétée par une légère anesthésie générale.

On fera une incision horizontale dans le pli abdominal inférieur. Le canal péritonéo-vaginal sera fermé par une ligature.

Après l’intervention

L’enfant va recevoir un traitement contre la douleur.

Dans le cadre de la chirurgie ambulatoire, l’enfant va quitter l’hôpital dans la soirée après une période d’observation. Parfois une hospitalisation jusqu’au lendemain sera nécessaire.

Risques et complications

Ces risques sont exceptionnels.

  • Les risques liés à l’anesthésie et aux médicaments (allergiques et toxiques): ces risques sont imprévisibles mais exceptionnels.
  • Les risques liés à l’acte chirurgical:
    • Pendant l’intervention: risque de sectionner un élément allant vers le testicule (vaisseau ou déférent) ceci entrainera des défauts de fonctionnement et/ou du développement du testicule.
    • Après l’intervention:
      • Inflammation et hydrocèle (liquide autour du testicule),
      • Saignement pouvant nécessiter la réintervention,
      • L’infection de la plaie opératoire,
      • La récidive de la hernie,
      • Testicule ascensionné (qui reste bloqué au-dessus de la bourse)
      • Le testicule peut devenir petit.

À la sortie de l’hôpital

Votre enfant recevra un traitement contre la douleur.

Vous devrez surveiller: la fièvre, le saignement, la douleur ou la réapparition de la hernie. En cas de problème contactez votre médecin.

Une consultation post-opératoire sera programmée avec votre médecin.

Votre enfant va reprendre rapidement son activité et la cicatrice sera peu visible en quelques mois.

 

Dr Mohammed Reda Amani, service de chirurgie pédiatrique, EHS LES PINS, Oran

——————————

Cet article est publié sous Licence Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)